- Les plants de demain Les plants de demain

2ème étape : Les jardins d'Illas

Comment et pourquoi ?

Nous avons contacté les jardins d’Illas grâce au réseau Fermes d’Avenir. Fermes d’avenir est une association promouvant le développement d’une agriculture biologique en France. Pour plus d’informations : https://fermesdavenir.org/

Nous avons choisi d’aller visiter cette ferme car Mélina et Guillaume ont la particularité de travailler en traction animale.

“Ou en étions nous ”

Lorsque nous sommes arrivés à Rivernert,  nous avions candidaté aux BPREA de Bougainville (77) et de Saint-germain en Laye (78). Notre site internet était à quelques phrases d’être mis en ligne. Nous commencions également notre campagne de communication avec les Incroyables Comestibles France.

La Ferme

Quelques chiffres

  • 0,5 ha de légumes diversifiés
  • 0.2 ha de petits fruits (cassis, framboises, groseilles, mûres, myrtilles, fraises)
  • 0,5 ha de pommiers
  • 2.8 ha de pâture
  • 1 ha de forêt

Pyrène et Vanille

Semences 100% paysannes

Mélina et Guillaume

Mélina et Guillaume ont crée les jardins d’Illas en 2009.  Ils se sont rencontrés lors de leurs BTS Gestion et Protection de la Nature. Leur objectif en créant leur ferme était de créer une lieu indépendant des énergies fossiles. Ils travaillent, pour ce faire, en traction animale avec deux juments et ne possèdent pas de serre.

Au travail !

L’hiver comme énoncé dans le précédent article est une période de préparation à la belle saison. A cette période, à Riverenert, les conditions pluviométriques et l’ensoleillement ne sont pas propices au lancement des semis et des plantations. Ceci peut également s’expliquer par l’absence de serre sur la ferme qui permettent de prolonger les saisons de production.

A titre de comparaison, à la même période, à la ferme de la mare des Rufaux, les premiers semis de cresson et de navets commençaient à germer.

Ce climat explique la nature des travaux que nous réaliserons sur la ferme : éco-construction, préparation du sol, amendements organiques du verger, débroussaillage, entretien du matériel d’attelage et d’autres.

Débrouissaillage

Sur les 5000 m² de verger, nous avons débroussaillé pour limiter la concurrence spatiale des ronciers.

Le roncier est une plante pionnière. C’est une plante qui se développe sur des sols pauvres. Elle reconstitue le sol grâce à ses racines et crée un refuge pour les petits mammifères. Les feuilles mortes permettent de créer une litière fertile pour le développement d’un nouvel écosystème plus élaboré.

Amendement organique du verger

Après avoir déraciner des jeunes framboisiers pour la vente à des particuliers et épandue du fumier sur les petits fruits avec Pyrène. Notre grand chantier était l’amendement organique des 5000 m² de verger comprenant une soixantaine de pommiers, de poiriers et de cognassiers. 

L’ensemble des arbres plantés sont des arbres francs.

Il faut distinguer les arbres francs des arbres greffés. 

Les arbres francs sont des arbres issus directement de la germination des pépins ou des noyaux de fruits. Ils sont complexes à produire et ne représente qu’une faible part des arbres produisant les fruits que nous consommons. En effet, ils mettent nettement plus de temps à donner des fruits et dans des quantités moindres que les arbres greffés. Ils sont cependant plus vigoureux et peuvent produire pendant 60-80 ans. [Données issus de discussions avec Guillaume]

Les arbres greffés sont constitués de deux parties : un porte-greffe et un greffon qui ne formeront, par la suite, plus qu’un seul être vivant. Le porte-greffe est choisi pour ses caractéristiques résistantes aux maladies, aux ravageurs et d’adaptation au sol. Il joue le rôle de support et de moteur pour le greffon.

Le greffon qui est inséré sur le porte-greffe, est un rameau d’un arbre fruitier, sélectionné pour la qualité de son fruit.

Les arbres greffés sont plus productifs, sur une plus courte durée et donnent exactement les mêmes fruits que celui du greffon. 

Sur chacun des jeunes arbres, nous avons apporté compost et fumier de brebis.

Entretien du matériel d'attelage

Le harnais permet d’assurer différentes fonctions telles que la direction, le portage, la traction et le reculement indispensable pour les tâches du maraicher en traction animale.

L’ensemble de éléments du harnais (la bride, les guides, la sellette …) sont en cuir et nécessite un entretien annuelle effectué pendant la période hivernale, lorsque les chevaux sont à l’écurie et ne sont pas utilisés dans les champs.

Dans un premier temps nous avons nettoyé l’intégralité du matériel d’attelage à l’eau et au savon glycérinée (savon noir) pour retirer la boue. Suite à ce travail de nettoyage, nous avons réalisé un graissage du cuir. Pour cela nous avons appliqué sur l’ensemble du matériel de « l’huile de pied de bœuf ». Comme son nom l’indique, cette huile est fabriquée à partir d’os de pied de bétail et permet d’assouplir et de nourrir le cuir.

Au vu des fortes pressions de traction que subissent les éléments du harnais, il est aussi important de faire un contrôle visuel des coutures et de présence de craquellement du cuir pour éviter toute casse lors de la pleine saison.

Contrairement à un tracteur, la traction animale permet de diminuer le cout d’investissement et d’entretien lié à l’outil de traction. Cependant un cheval nécessite une grande surface allouée à son pâturage ainsi qu’une écurie pour la période hivernale.

Le choix de Mélina et Guillaume, est avant tout un choix politique et une envie commune de travailler en relation avec des équidés.

Eco-construction

Lors des quelques journées de pluie, nous avons commencé un chantier d’écoconstruction dans l’ancienne grange.

Notre programme était de construire une ossature bois pour la future isolation en paille.

Autres tâches

Le réveil matinal

Etudes pédologiques

Méditation au bord du fleuve

Des dîners presque parfaits

Lancement du site internet

les plants de demain-

Paillage !

Brigand

Pyrène et Vanille

Grippe ou angine, peut-être les deux !

Notre deuxième étape est terminée ! Rendez-vous dans les Yvelines à la Ferme du Beauvoyer !