Article Graine & Ficelle Les plants de demain

5 ème étape : Graine & ficelle

Comment et pourquoi ?

Ce tour de France est pour nous l’occasion de découvrir des modèles de fonctionnement ne reposant pas essentiellement sur le maraîchage.

Et oui ! Cette étape chez Graine & ficelle nous a permis de découvrir un lieux intégré harmonieusement dans son environnement et disposant d’une biodiversité riche.

Actuellement la principale activité du lieu est l’accueil de touristes en Eco-lodge et des cours de cuisines.

 

“Ou en étions nous ”

Nous quittions l’air montagnard de Viuz-en-sallaz (Article précédent) pour rejoindre la côte méditerranéenne, non sans mal. Julien est parti avec un jour d’avance sur ses billets. 

L’objectif lors de cette étape était de finir de réaliser les prises pour notre vidéo de crowdfunding, tout en démarrant la rédaction de la page

Nous devions en parallèle relancer les écoles pour l’année prochaine, des journaux ainsi que des partenaires pour partager le contenu de notre site internet. 

L’article sur notre 3 ème étape à la ferme de Beauvoyer était aussi en cours de réalisation. 

Le programme s’annonçait chargé et les nuits relativement courtes. Laissons de côté la partie projet et concentrons nous sur le lieu et les tâches réalisées lors de ses trois semaines de bénévolat.

Graine & ficelle_lesplantsdedemain_vuesatellite

Le concept Graine et ficelle

Quelques chiffres

  • 2 300 m² en maraîchage diversifié
  • 2 000 m² partagés pour les pommes de terre
  • 700 m² d’allées

 

 

Exclusivement des variétés anciennes.

Isabella Sallusti

Isabella est originaire de Paris. Elle a travaillé en tant que journaliste notamment pour le magazine « Vivre au jardin ». Après son 4e enfant, elle a choisi de quitter Paris et de s’installer. Ayant de la famille dans la région, elle choisit les Alpes-Maritimes pour la création de sa ferme.

Elle souhaite créer sur ce lieu une ferme pédagogique qui traduirait son goût pour la cuisine, la transmission du savoir et le jardinage biologique.

Description du lieu

Graine et Ficelle est situé dans les hauteurs de Nice plus précisément dans la ville de Saint-Jeannet. Elle se trouve au pied du baou de la ville, montagne de 802 mètres d’altitude.

Avant l’arrivée d’Isabella, le terrain de 1,3 hectare était inoccupé depuis 50 ans. Le terrain étagé par quelques restanques était envahi de ronces et a été débroussaillé entièrement.

Au commencement, 7000 m² de culture ont été aménagés par Isabella lui permettant de fournir les amapiens de Saint-Jeannet. Par la suite, le modèle s’est naturellement tourné vers l’éco-tourisme. Isabella souhaitait réaliser des missions humanitaires à l’étranger, nous en reparlerons plus tard.

 

Aujourd’hui, le site de Graine et Ficelle s’est donc diversifié. Il y a 3 éco-lodges en location à la belle-saison ainsi qu’un gîte. Une paillotte entièrement aménagée avec des matériaux de récupération permet à Isabella de dispenser ses cours de cuisine autour d’un bassin naturel.

Aussi, un potager et un verger lui permettent de proposer fruits et légumes pour ses recettes. Suite à des attaques fatales de buses et de renards, un nouveau poulailler plus sécurisé est en construction !

Enfin, Graine et Ficelle possède également une pépinière dans laquelle Isabella entreprend la création d’une banque de semence pour sa ferme.

* Restanque est la francisation du provençal restanco, terme employé en basse Provence et désignant au sens propre un mur de retenue en pierres sèches, barrant le lit d’un torrent intermittent pour provoquer un atterrissement en amont et créer ainsi une terrasse de culture.

Au travail !

Butte auto-fertile/ Hügelkultur

Le mot hügelkultur a été démocratisé par Sepp Holzer,  un maraîcher autrichien pionnier dans l’agriculture écologique en zone montagneuse. Ce mot vient de l’allemand et désigne littéralement une culture sur colline et peut-être appelée butte auto-fertile. Ayant déjà fait ses preuves en matière de rendement et du faible temps d’entretien, ce type de butte a été choisi par Isabella. 

Cette technique de culture repose sur une décomposition de la matière organique au long terme tout en limitant ou supprimant l’irrigation de la butte. L’objectif était de recréer artificiellement des conditions semblables ou du moins proches d’un sol de forêt, c’est-à-dire riche en humus, minéraux et biodiversité tout en disposant d’une zone de travail plus ergonomique.

Pour réaliser cette butte autofertile de 7m 3, il nous a fallu une journée de travail à 3 personnes. 

Voici ces différentes étapes pour sa réalisation :

Les souches de bois apportées sur le fond de la butte sont disposées côte à côte afin de minimiser le vide entre elles. Cette strate représente donc le socle de la butte et mettra entre 10 et 15 ans pour se décomposer entièrement. Elle assure un fort apport en carbone, retient l’eau du sol et sert de niche pour la microfaune.

Les branchages, la paille ainsi que la terre issue du trou initialement creusé nous ont permis de combler les interstices entre les rondins de bois.

L’herbe fraîchement coupée dispose d’une forte teneur azote et permet de rééquilibrer le rapport C/N de la butte ce qui limite tout phénomène de « faim d’azote » au sein de celle-ci.

Le rapport carbone sur azote permet de connaitre la capacité d’un produit organique à se décomposer, c’est-à-dire sa faculté à passer d’un composé organique complexe (polymère) à un composé minéral simple (monomère) assimilable par les plantes. cette réaction est appelé minéralisation de la matière organique.

Pour plus d’informations 

Le compost permet d’apporter un substrat relativement équilibré et facilitera la plantation des cultures.

Pour finir, une épaisse couche de paille est disposée en surface afin de limiter l’évapotranspiration au sein de la butte, son enherbement et maintenir la chaleur en son centre.

Association Sofood

En parallèle de cette ferme, Isabella a créé l’association « Les pieds sur terre ». Cette association avait pour but de réinsérer des personnes dans le milieu du travail en les formant aux techniques agricoles. Ayant l’envie de transmettre son savoir à l’étranger, cette association a été renommée « SO FOOD » ! Elle intervient dans les pays en voie de développement (Cambodge, Tunisie et Madagascar). Son objectif est de faire prendre conscience aux habitants de ces pays l’importance de manger sainement et qu’ils peuvent produire leur nourriture eux-mêmes. Avec des bénévoles, Isabella est intervenue au Cambodge dans une école afin de la rendre autonome en alimentation. Conjointement avec les élèves et leurs parents, Isabella a conçu et mis en place les parcelles potagères dans cette école.

Voici une vidéo décrivant l’action de cette association au Cambodge.

Autres tâches

Graine & ficelle_lesplantsdedemain_Renovationterrasse

L'homme de la situation

Graine & ficelle_lesplantsdedemain_Gateaucru

Après le bricolage la popote

Graine & Ficelle_Les plants de demain_Worksession

Nos bureaux

Graine & ficelle_lesplantsdedemain_ARROSAGE

Chantepleure

Graine & Ficelle_Les plants de demain_Bain

Avoir la tête sous l'eau

Graine & Ficelle_Les plants de demain_Stop

Partir en Auto-stop, mais dans le mauvais sens

Notre cinquième étape est terminée ! Rendez-vous à Cergy-Pontoise pour découvrir le plus gros maraîcher Bio en Vente directe d'île-de-France !